Les problèmes de la créativité.

Author: Ana Simar from Happytivity.

D’après mon expérience – études avec une base créative et humaniste, migrante latino-américaine dans un pays industrialisé au centre de la dynamique politique européenne – j’ai trouvé particulièrement difficil de mettre au service de mes employeurs mes attributs créatifs et ma pensée critique.

 

Suite au plus récent rejet d’une demande d’emploi, en fait pour l’offre la plus attrayante que j’aie jamais vue!, où la raison invoquée pour ce refus était “vous êtes trop créative et innovante pour cette entreprise”, je ne savais pas vraiment si je devais être flattée ou désespérée. Le fait est qu’après cette déception, j’ai décidé de faire un petit sondage auprès de mes contacts les plus proches via mon compte Facebook : 

Qu’est-ce que cela signifie d’être rejeté.e pour un emploi parce qu’on est trop créatif.ve et innovant.e ? 

Des idées ?

Qu’est-ce que cela signifie d’être rejeté.e pour un
emploi parce qu’on est trop créatif.ve et innovant.e ?
Des idées ?

La discussion a pris forme et non seulement j’ai reçu des messages de soutien, mais je me suis rappelée de mes racines créatives et humanistes.

 

Plusieurs commentaires sont sortis du lot et m’ont motivé à écrire sur la créativité comme aspect conflictuel pour les entreprises.

 

Selon ma communauté, le rejet d’une personne très créative dans une entreprise peut provenir de plusieurs facteurs :

  • Le fait d’être surqualifié.e pour un poste.
  • L’entreprise n’est peut-être pas prête pour le changement.
  • Un.e employé.e très créatif.ve peut partir à tout moment d’une entreprise s’il/elle n’y trouve pas de l’aliment pour sa créativité.
  • L’entreprise peut ne pas vouloir quelqu’un qui pense, mais quelqu’un qui obéit.
  • Ils peuvent avoir peur de ce que la créativité peut amener.
  • Ils n’ont pas de budget pour la mise en œuvre des idées.
  • La pensée créative manifestée peut être trop disruptive pour une entreprise traditionnelle.
  • Être trop créatif.ve et innovant.e revient presque à enlever l’entreprise à son propriétaire. Beaucoup d’entre nous doivent entrer dans des cellules Excel et trouver le résultat exact des équations. Les créatifs trouvent des résultats tellement bons que les équations sont souvent faussées.

Ce qui ressort le plus de cette discussion, c’est la peur, pour des raisons différentes peut-être, mais la peur quand même. C’est précisément là que je veux et je peux aider à montrer aux entreprises, même les plus traditionnelles, comment réduire ou atténuer la crainte des effets de la créativité des employés sur leurs activités et opérations.

 

Même si la créativité est l’une des compétences non techniques les plus demandées sur le marché du travail aujourd’hui et de manière encore plus véhémente depuis le début de la crise actuelle, elle semble d’une certaine manière poser problème aux entreprises.

 

Mais qu’en est-il de la créativité ? Pourquoi est-elle autant demandée et pourquoi l’incongruité est-elle évidente jusqu’à présent ?

Nous avons besoin d'employés créatifs, mais pas trop, s'il vous plaît.

Selon T. Amabile, professeur d’administration des affaires dans l’unité de gestion entrepreneuriale de la Harvard Business School, la créativité est le comportement résultant d’une constellation particulière de caractéristiques personnelles, de capacités cognitives et d’influences environnementales. D’après ses études, le comportement créatif est à son meilleur lorsque ces trois caractéristiques sont alignées : la motivation, les compétences spécifiques au domaine et les compétences créatives (comme entre autres la pensée divergente, le style cognitif, la formation …)1.

Je pense qu’il existe actuellement un manque de congruence entre le monde réel du travail, les processus, le calendrier et les possibilités de développer et d’exercer la créativité, ce qui est requis dans les profils des employés d’aujourd’hui.

 

Il ne sert à rien de demander aux employés d’être créatifs si l’entreprise ne dispose pas de mécanismes adaptés à sa réalité pour que la créativité puisse porter ses fruits, tant pour l’entreprise que pour l’employé. Et oui, tous les êtres humains bénéficient et ont besoin d’utiliser leurs capacités créatives.

 

Ensuite, nous voyons des personnes à haut potentiel être rejetées dans les processus de recrutement ou licenciées de leurs fonctions parce qu’elles sont “trop créatives ou innovantes pour le type d’entreprise”. Alors, même que leurs valeurs proclamées et leurs défis actuels peuvent inclure l’innovation comme moyen d’existence dans le monde d’aujourd’hui.

La créativité comme levier du développement de l'innovation.

L’un des problèmes de la perception collective de la créativité est la croyance, selon laquelle la créativité se limite aux “trucs d’artistes” ou aux “choses folles” ou tellement inhabituelles qu’elles sont impossibles.

 

Pour développer des compétences créatives, il faut travailler un état d’esprit particulier. La partie du cerveau qui nous permet d’être créatifs.ves est la même que celle utilisée pour développer nos fonctions adaptatives à des situations nouvelles et complexes, où nous pouvons également planifier et penser à l’avenir, où notre capacité intuitive est aussi développée. Ainsi, lorsque nous stimulons notre créativité, nous travaillons également sur notre capacité à réagir face à nos relations interpersonnelles, sur notre façon de travailler en équipe ou sur notre façon d’aborder quelqu’un et d’essayer de comprendre son point de vue particulier.

 

La créativité devient alors ESSENTIELLE pour la génération de l’innovation. Comprendre l’innovation comme l’introduction réussie de quelque chose de NOUVEAU dans un ENVIRONNEMENT donné. La pensée créative nous permet de générer de nouvelles idées et de nous connecter à l’environnement que nous souhaitons “conquérir” par l’innovation, en garantissant sa pertinence et, par conséquent, son SUCCÈS en termes d’appropriation des résultats.

 

La créativité est donc une caractéristique qui nous permet de forger des idées originales (les choses “folles” ;)) et de développer la sensibilité, l’empathie et la volonté nécessaires pour réussir une mission d’innovation.

 

L’incompréhension de la créativité et l’appréhension envers les personnalités à fort potentiel créatif dans l’industrie, peuvent provenir de l’incompréhension de la structure et des avantages des processus créatifs. Tels que l’accompagnement de missions d’innovation, la rationalisation et le détachement émotionnel des idées que nous générons habituellement avec dévotion, ainsi que le rapprochement aux personnes réellement concernées par les innovations, à savoir les utilisateurs.

Demandez de la créativité, offrez de la cohérence.

Étant une capacité inhérente à l’être humain et à la vie elle-même, la créativité* continuera de nous accompagner aussi longtemps que nous existerons. La nature volatile et changeante de l’innovation exige une régénération quasi constante des concepts et des projets.

 

Si la créativité est exigée des employé.e.s, les entreprises doivent fournir l’espace, les outils et le cadre nécessaires pour en tirer le meilleur parti et apporter le bénéfice réel d’un environnement de travail soucieux du bien-être intégral de ses collaborateurs et les collaboratrices.

 

L’innovation est le résultat émergent des processus créatifs. Elle ne peut donc pas être contrôlée dans une perspective de micro-gestion. L’innovation ne s’obtient pas en suivant une, deux ou trois étapes. Il s’agit d’un processus qui comporte de multiples allées et retours, des entrées et des sorties qui doivent être nourries en permanence. C’est pourquoi il est important de fournir des espaces et des ressources, mais surtout des valeurs et le climat approprié pour favoriser systématiquement sa génération. Cela ne peut se faire qu’à partir de la culture d’entreprise et de l’engagement de ses dirigeants.

 

Pour savoir ce qu’il faut faire pour donner vie à une stratégie d’innovation collaborative où le talent, la motivation et les compétences créatives des employés sont axés sur la croissance positive de l’entreprise, contactez-moi ; je suis là pour vous aider.

*Create word etymology: To bring into being,” early 15c., from Latin creatus, past participle of creare “to make, bring forth, produce, procreate, beget, cause,” related to Ceres and to crescere “arise, be born, increase, grow,” from PIE root *ker- (2) “to grow.”

https://www.etymonline.com/word/create

  1. T. Amabile, (1996), Creativity and innovation in organizations, Harvard Business School.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

+32 (0) 491 42 89 63